Maison Ebénisterie
Escalier Tonnellerie
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
search_left
Normes et Réglementations
Les règles de construction concernant les escaliers d'intérieur dans les habitations sont définies par des normes non obligatoires en matière de construction privé.

Seules les habitations individuelles destinées à être louées ou vendues doivent se conformer à des normes de construction et à une réglementation relative à l'accessibilité handicapé.

Les dimensions conseillées d'un escalier :

Les dimensions classiques d'un escalier peuvent se définir suivant les critères suivants:

- Hauteur de marches: entre 17 et 21 cm
- Giron de marche: entre 21 et 27 cm
- Largeur de l'escalier: > 70 cm
 
Vign_Dessin_GC_1
 
Vign_Dessin_GC_2
 
Vign_Dessin_GC_3
 
Vign_Dessin_GC_4
 
Vign_Dessin_GC_5
 
Loi de Blondel
2 hauteurs de marche (h) + 1 giron (g) = [ 60 et 64 cm]

Exemple: h = 17 cm et g = 25 cm
2 x 17 cm + 25 cm = 62

- Pour les bâtiments d'habitation, la hauteur idéale serait de 17 cm pour un giron entre 26 et 30 cm.
- Pour des escaliers secondaires, la hauteur peut aller jusqu'à 21cm, pour un giron entre 24 à 28 cm.

Le giron permet également d'adapter un escalier par rapport à son utilisateur, ainsi si l'utilisateur est jeune ou plutôt agé, l'escalier pourra être adapté suivant un besoin de sécurité ou plutôt un besoin d'accès rapide.
 
L'escalier
 
Dans cette rubrique vous pourrez trouver toutes les informations nécéssaire sur un escalier, que ce soit les normes, les types d'escaliers ou encore les thermes de notre métier qui vous permettrons de mieux choisir votre escalier.
 
Aujourd'hui un escalier devient plus qu'une simple réalisation permettant de passé d'un étage à un autre, c'est aussi une véritable oeuvre qui allié au ligne et matériaux utilisé feras ressortir l'âme de votre décoration intérieur.
Le Langage de l'escalier
Vign_escalier
Balustres : Eléments de formes variées (section ronde ou carrée, bois ou métal) situés entre le limon de l'escalier et la main courante.
Contremarche : Panneau de bois vertical obturant l’espace entre 2 marches d'un escalier.
Echappée ou coup de tête : Hauteur libre à la verticale entre un nez de marche et le plafond, ou une autre marche de la volée supérieure ou tout élément de la construction. Elle ne doit pas être inférieure à 1,90m.
Emmarchement : Largeur des marches, prise entre les deux limons d'un escalier.
Encombrement : Dimensions hors tout au sol d’un escalier.
Garde-corps : Ensemble constitué de balustres et d’une main courante pour assurer une protection devant un vide.
Giron : Largeur de la marche d'un escalier mesurée de nez à nez sur la ligne de foulée.
Hauteur de l’escalier ou hauteur à monter : Distance entre les niveaux de départ et d’arrivée de l’escalier mesurée de sol fini à sol fini.
Hauteur de marche : Distance mesurée entre les faces supérieures de 2 marches consécutives d'un escalier.
Ligne de foulée : Ligne imaginaire correspondant à la trajectoire moyenne d'une personne montant et descendant un escalier.
Limon : Pièce de bois inclinée supportant les marches, les contremarches et la rampe d'un escalier.
Main courante : Partie supérieure de la rampe d'escalier, de forme ergonomique, qui sert d’appui à la main.
Marche : Surface horizontale où on pose le pied en montant l'escalier. Une marche peut être droite ou balancée. 
Marche balancée : Marche de largeur variable dans le quartier tournant d'un escalier et dont le nez de marche n'est pas parallèle aux autres marches.
Palier : Plateforme horizontale à l’extrémité ou entre 2 volées d'un escalier.
Quart tournant, quartier : Partie où l’escalier change de direction à l’aide de marches balancées ou de palier de repos.
Reculement : Distance entre l’extrémité de l’escalier et le mur.
Trémie : Vide de la dalle permettant le passage de l’escalier. Le terme chevêtre peut être utilisé pour l’ouverture dans un plancher bois.
Volée : Ensemble de marches droites comprises entre deux paliers d'un escalier.
Différents styles de balustrade
© 2013
Créer un site avec WebSelf